#2 Mon beau CV, roi des papiers…

Aujourd’hui, alors que je venais de terminer une version actualisée de mon CV sur Photoshop, mon amie Ina m’a dit qu’il était préférable d’avoir un Curriculum Vitae simple, sobre et net. C’est une belle VDM ! Après cinq heures de travail acharné sur mon « chef-d’œuvre », on me conseille de laisser tomber et d’en revenir aux bases, c’est-à-dire un bon vieux format à la typographie simple et au style sobre.

Mais pourquoi ?

Les raisons qu’elle a évoquées sont sans appel. Les recruteurs, qui voient des centaines de CV par semaine, ont besoin de lire l’information rapidement, et pas la chercher pendant des heures. Un fichier Word / PDF sobre clair et concis permet de mettre la main rapidement sur l’info désirée.  Certes, c’est vrai.

Mais malgré tout, je campe sur mes positions. Le CV basique ne me convient pas. Il ne reflète ni ma personnalité, ni mes compétences. En latin, Curriculum Vitae veut dire « Chemin de Vie ». Mon chemin de vie à moi, c’est d’aimer les couleurs, les jolies choses et le graphisme.

Les gens disent souvent qu’un beau CV reflète un manque d’expérience. Un peu comme un cadeau de Noël pourri qu’on emballerait bien pour donner envie. Je ne suis pas d’accord : J’aime montrer ce que je sais faire et mon CV est une preuve par l’exemple que je suis créative.

Je reste toutefois compréhensive : Un CV qui se veut trop créatif, trop coloré, trop moderne et pas assez lisible est pire que mieux. Il faut alors, dans cette situation revenir au basique, of course. Mais quand c’est bien dosé, un CV créatif sort du lot et permet de se différencier et de montrer ses capacités techniques/graphiques.

Pour en finir avec ce débat interne, un autre ami m’a conseillé d’en donner deux quand c’était possible. Un créatif/original/moderne (barrer la mention inutile), pour montrer nos compétences et un autre, plus sobre, pour montrer qu’on peut s’adapter et rentrer dans le moule de l’emploi. Une bonne idée que je vais mettre en pratique pour mes prochaines recherches !

Et toi, tu es plutôt quoi ? #cvcreatif ou plutôt #jerentredanslemoule ?

PS : Ah oui… j’allais oublier… Tu peux consulter mon CV dans l’onglet du menu 🙂

#1 La lettre de motivation

Aujourd’hui, j’ai écrit sur mon mur Facebook que j’étais fatiguée d’envoyer des lettres de motivation par centaines. Beh oui… Parce que quand on veut bien faire les choses, lorsqu’on cherche du boulot, on écrit un curriculum vitae et une lettre de motivation personnalisée pour chaque boite, évidemment. Dans cette lettre, il faut se présenter, expliquer son parcours en quelques phrases, et baratiner un je ne sais quoi qui fera que l’entreprise s’intéresse à nous.

Cette fois-ci, j’en avais tellement marre, que j’ai raconté ma vie, en une page et surtout toutes les épreuves par lesquelles j’étais passées. Je voulais démontrer au recruteur, que je valais la peine à ce qu’on s’intéresse à moi, même si je n’avais pas d’expérience professionnelle concrète, que j’avais dû trimer plus dur que les autres pour arriver où j’en étais et que non, je n’avais pas une « expérience inexistante ».

Tout du long de mes 7 ans d’études supérieures (ça commence à faire long d’ailleurs), j’ai suivis des formations enrichissantes en Communication puis en Tourisme. J’ai développé des projets universitaires variés en groupe, qu’il s’agisse du domaine culturel ou non, mais également des projets individuels. Je me suis passionnée pour des choses, qui en ont entraîné d’autre. Je me suis auto-formée en Photoshop, Illustrator, Premiere Pro, WordPress, Latex, Drupal, After Effect pour vivre mes passions. J’ai grandis et j’ai réalisé que je ne convenais pas à la société. Hum… Erreur, je vais reformuler : La société ne me convient pas. Je n’aime pas cette société méfiante en sa jeunesse, telle une vieille femme aigrie fermée au changement et à la nouveauté.

Ce qui me fait rire surtout, dans ma recherche d’emploi, c’est les demandes d’emploi « types » : Celles où on demande une expérience de dix ans, une parfaite maîtrise de trois langues, des outils informatiques de base, sans compter le permis B, la possession d’une voiture… Je me moque souvent de ces gens à la recherche du Saint Graal, honnêtement. Cette réplique va surement se perdre dans les échos de tous ceux qui ont pleuré en vain avant moi, mais je la dis quand même : J’aimerai qu’on laisse la chance à nous, jeunes, de montrer qu’on est capable, passionnée, motivé, inspirant  ❤ Je ne sais pas ce qu’il se passera dans le futur, quand tous ces vieux plein d’expériences partiront à la retraite, et que nous les jeunes, n’en auront jamais vraiment eu.

Aujourd’hui, j’ai envoyé ma candidature pour faire des ménages chez des gens. Parce que j’ai besoin d’argent.